Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 1er Hebdomadaire d’informations en Centrafrique

30 Sep

RCA : plus que 12 mois pour avoir de l’électricité 24h sur 24 et voir la fin des délestages à Bangui ?

RCA : plus que 12 mois pour avoir de l’électricité  24h sur 24 et voir la fin des délestages à Bangui ?

En plus des multiples défis auxquels il fait face pendant son quinquennat, le président Touadéra prend le taureau de l’électricité par les cornes. En effet, lors de son message à la Nation le 31 décembre 2018, FAT a annoncé que « les longs efforts de négociation et de discussions techniques entre le gouvernement et les partenaires au développement vont permettre en 2019 le démarrage effectif de la réhabilitation progressive du secteur de l’électricité ».

C’est ainsi que les choses sérieuses ont commencé pour ce secteur par le lancement des travaux de réhabilitation et d’extension de Boali 2 qui a impliqué  le projet d’interconnexion des réseaux électriques entre le Centrafrique et la RD Congo. Notons que la RDC alimente depuis des années le Chef lieu de la Basse Kotto, Mobaye, une des villes centrafricaines qui lui est  frontalière au sud-est du pays. La réciproque était donc de mise. Le lancement officiel de ces travaux par le Chef de l’Etat en présence des corps constitués de l’Etat, des membres du corps diplomatique accrédités en Centrafrique et des représentants des partenaires au développement, avait eu lieu le 15 mars 2019 à Boali. 

La  ville de Boali, riche de ses trois (3) chutes et de sa proximité avec la capitale Bangui (95 Km),  abrite la principale usine hydroélectrique de la société nationale (ENERCA) dont la production avait atteint en 1976, 18,750 MW.  Malheureusement, le volume de cette production électrique s’est stagné à ce niveau jusqu’à ce jour où la demande est estimée à plus de 50 MW en raison de l’accroissement démographique et des besoins économiques toujours plus grands. Il va sans dire que ce tableau sombre précarise à la fois les conditions de vie du centrafricain lambda ainsi que la dynamique du développement économique national.

Cependant, le concours précieux des partenaires au développement tels que la Banque Mondiale (BM), la Banque Africaine de Développement(BAD), l’Agence Française de Développement(AFD), le Fonds Saoudien et la Chine permettra à l’Energie Centrafricaine (ENERCA), à l’horizon 2020-2021, d’accroître et de diversifier ses sources de production. Le développement économique d’une Nation ainsi que le bien-être social de ses fils et filles qui vont de paire avec la production de l’énergie et de l’eau, pourront être au rendez-vous.

Ainsi, la mise en œuvre de tous les projets financés par ces partenaires au développement pourrait porter, à terme, le volume total de production de l’énergie à, tenez-vous bien, 116,61 MW. En d’autres termes, la fourniture de l’électricité sera fortement améliorée à Bangui comme il ne l’a jamais été depuis des décennies, et plusieurs villes des provinces telles que Bambari et Berberati pourraient être alimentées 24 heures sur 24.

Cette amélioration attendue impatiemment par le peuple a commencé  par les travaux de l’extension et de la réhabilitation de l’usine de Boali 2 dont le lancement officiel avait le mois de mars dernier. Les travaux devraient générer à terme,  10 MW en complément du 10 MW qu’a toujours généré Boali 2. Il est à noter que ce projet a prévu la création à très court terme d’un poste de Haute Tension à Bogoura en vue d’alimenter neuf (9) grands villages sur l’axe Boali-Bangui ainsi que la ville de Nzongo en RDC qui bénéficiera de 2 MW sur les 10 MW ajoutés pour que Boali 2 passe de 10 à 20 MW.

Ce vaste projet a prévu également le renforcement du réseau de transport pour la Haute Tension ainsi que l’extension et la réhabilitation du réseau de distribution à Bangui avec à terme, 32 postes de Moyenne et Basse tension, 35 Km de réseau  porteur de Moyenne Tension et 70 Km de réseau conducteur de Basse Tension. 

Le coût de ces travaux de réhabilitation et d’extension de Boali 2 financés par la BM, la BAD, l’AFD et la Chine s’élève à 28 milliards de Frs CFA dont 23,5 pour le Centrafrique et 4,5 pour la République Démocratique du Congo. La durée d’exécution des travaux était estimée à dix huit (18 ) mois.  

Ainsi à quelques mois de la finition des travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Boali 2, les signes de la fin du calvaire électrique sont limpides à Bangui, plus précisément au PK9 à Gobongo et à la Direction Générale de l'Energie Centrafricaine ''ENERCA'' au Centre ville.

Déterminé à ensevelir définitivement les délestages abusifs, les autorités de la République Centrafricaine triment hardiment pour relancer le secteur de l'Energie qui constitue le socle de relèvement et de take off du pays.

Les centrafricains optimistes peuvent maintenant  décompter environ douze  mois, à partir de septembre, pour voir se réaliser leur rêve davoir l’électricité  24h/24, 7jours/7 sans connaître d'interruption grâce aux nouveaux centres de production de Boali 2, de NDanzi et autres.

 

 

OZE Thé Emmaüs

 

Commenter cet article